Sauver le monde, pas de problème !

Commande d'écriture à Julie Aminthe
Que les adultes se taisent.
Faire place à la jeunesse.
Amplifier ses murmures, rendre perceptible les cris.
Fabriquer un espace avec différentes manières d’être au monde et rendre hommage à la force de vie qui fait tenir ensemble même dans un contexte merdique, précaire voire en ruine.
Ici, les questions d’engagement et de révolte.
Là, des tracts, des poèmes, des discours, des chants, des actions coup de poing. 
Aujourd’hui, écouter une jeune femme ou un jeune homme en ce quart de vingt-et-unième siècle. 
Tirer avec eux les fils de l’Histoire pour choisir ce qu’on garde ou ce qu’on jette. 
Regarder cette foule d’anonymes que les manuels d’école invisibilisent. 
Par ce camion, s’inspirer des trains d’agitation des années 1920. 
Être présent pour se demander avec qui se battre, au nom de quoi, jusqu’à quel point. 
Par le biais de la déambulation, marquer l’espace de nos combats multiples. 
Ensemble, propager l’élan et la joie, nourrir notre courage, vivre.

Note d'intention

Lors des élections de 2021 : nous avions fait le constat autour de nous que peu de jeunes votent, puis cela s’est renouvelé en 2022. Comme bien d’autres, nous sentons parfois désabusé.es et toujours insuffisamment engagé.es politiquement, dépassé.es par la multitude de combats qu’il y aurait à mener en parallèle d’une vie déjà bien remplie. Ô rage ! Ô désespoir ! Ô lassitude et culpabilités ennemies !
Cela nous a donné envie d’aller travailler sur la jeunesse d’aujourd’hui et questionner son rapport à l’engagement citoyen sous toutes ses formes. Par le biais d’un travail de terrain, de collectage, de recherches et d’expérimentations, nous irons à la rencontre de jeunes pour alimenter la création. Le principe est de faire entendre leur vision du monde d’aujourd’hui et de demain. Le sociologue de la jeunesse Vincent Tiberj nous indique que pour la génération Z tout est urgent et politique, le droit des femmes, les questions de genre, aimer différemment, le zéro déchet, l’aide aux migrants, la lutte anti raciste... De son côté, la politologue et militante féministe décoloniale Françoise Vergès parlerait de société patriarcale à déconstruire…
Nous passons commande à l’autrice Julie Aminthe pour travailler sur la violence de ce monde comme une blague. La joie de son écriture concrète cherchera les doutes, les interrogations, l’indignation et la colère qui motive, celle qui rassemble et fait sens. Elle ira sans doute piocher dans les textes de ses pairs. Entre violence, drame, fantaisie, inspiration héroïque, tendresse et humour, la forme sera libre et fantaisiste, une forme rhapsodique, avec différents tableaux.
Les comédien.nes auront à cœur de vivre une aventure avec le public pour créer du commun. Dans cette volonté de faire groupe et rendre actif les spectateurs, il y aura peut-être à prendre soin d’une personne vulnérable, participer à une action, être victime de violence policières, faire chœur dans la complainte, voter pour tenter d’avoir un impact sur la suite des événements, construire une parole commune...
La marionnette sera là afin de mettre en exergue le sentiment de manipulation d’un personnage, d’une masse et nous aider aussi à prendre du recul sur la situation, comme rendre concret le mouvement des moutons ou la personne fragilisée…
Enfin, il nous semble évident d’aller au dehors pour questionner la liberté de se rassembler dans l’espace public, l’envie de le conserver comme lieu d’évidence et progressivement transformer son hostilité en paysage de poésie en y laissant une trace.

Création avril 2024

A partir de 13 ans
Durée 1h15 minutes

Partenaires

La Magouille est conventionnée DRAC Normandie, Région Normandie et Ville de Rouen. Elle dépose une demande d’aide à la création du Département de Seine-Maritime.

Coproducteurs

Atelier 231, CNAREP de Sotteville-lès-Rouen (76) + 
Glaassssss, Blangy sur Bresles (76),
Le CDN de Normandie-Rouen (76),
Le Sablier - Centre National de la Marionnette - Ifs et Dives-sur-Mer (14), Le Théâtre - Centre National de la Marionnette - Laval (53),
La Scène nationale 61 – Alençon, Flers, Mortagne au Perche(61),
Le Passage, Scène conventionnée d’intérêt national - Fécamp(76),Festival Éclats de Rue, Ville de Caen (14),
Ville de Grand-Quevilly (76),Étincelle, 
Théâtre de la ville de Rouen (76).

Distribution

Metteuses en scène : Solène BRIQUET et Cécile LEMAITRE
Autrice et dramaturge : Julie AMINTHE et citations de textes
Factrice de marionnettes : Amélie MADELINE
Scénographe : Julie BERNARD
Comédien-musicien (batterie /mégaphone/ flûte) : Barnabé BALMELLE
Jeu, comédiennes et marionnettistes : Chloé GIRAUD et Eva FOUDRAL
1 plasticienne (en cours)
1 régisseuse générale (en cours)
Recherche